posté le 13/06/08

37 + 4 = 41 pédophiles de moins dans les rues... c'est jour de fête!

Coup de filet anti-pédophiles en Pologne:

37 personnes interpellées

 

12/06/2008 14:57

La police polonaise a annoncé jeudi avoir interpellé 37 personnes soupçonnées de détenir, de copier et de télécharger sur internet des images à caractère pédophile, lors d'une opération menée dans douze villes de Pologne.

 

Alertée par un bureau d'Interpol au Brésil, la police polonaise a localisé et saisi une trentaine d'ordinateurs dans des appartements privés et des sièges de sociétés, ainsi que "sept notebooks, 41 disques durs, des téléphones portables et près de 4.000 disques compacts avec des photos d'enfants dénudés". La police n'exclut pas d'autres interpellations dans le cadre de cette affaire, selon un communiqué publié sur son site internet. La détention et la diffusion de pornographie infantile sont passibles en Pologne respectivement de 5 ans et de 8 ans de prison. (GFR)

 

______________________________________________

Arrestation d'un gang qui enlevait et violait enfants en Afghanistan

Un groupe de criminels qui enlevaient des enfants et les violaient pour vendre des vidéos à caractère pédophile a été démantelé à Kaboul, a-t-on appris jeudi auprès des services secrets.

Le groupe, composé de quatre personnes, avait enlevé cinq enfants âgés de moins de 12 ans sur le chemin de leur domicile, selon un porte-parole de la Direction nationale de la sécurité (NDS).

"Ils enlevaient des enfants, les violaient et enregistraient les
images des viols pour le compte de réseaux avec lesquels ils étaient en contact", a affirmé Sayed Ansari au cours d'une conférence de presse.

Les quatre hommes ont été arrêtés le 1er juin. Ils ont avoué leurs
crimes, selon le porte-parole.

Par ailleurs dans la nuit de mercredi à jeudi, le chef d'un autre
groupe criminel spécialisé dans l'enlèvement crapuleux a été tué et deux personnes ont été arrêtées au cours d'une opération de sauvetage d'un otage, a indiqué Sayed Ansari.

Dimanche, le chef d'un autre groupe de ravisseurs a été arrêté avec
deux complices, toujours à Kaboul, selon lui.

Les enlèvements suivis de demandes de rançons se sont multipliés ces derniers mois, surtout dans la capitale et dans la ville d'Herat, dans l'ouest du pays. (afp/7sur7)
12/06/08 15h28
 
 
CA C'EST FAIT.... 41 DE MOINS DANS LES RUES ET SUR LE NET!!!!
c'est une belle journée aujourd'hui!
Lyz
 
 
Liens
7s7
le vif

 


Commentaires

 

1. lolabreizh  le 13-06-2008 à 12:50:45  (site)

C clair mais il faudrait en coincer plus, bcp plus... Grrrr... Passage pour te faire un gros bisou et te souhaiter un bon vendredi... Kénavo

2. humanite  le 13-06-2008 à 13:16:47  (site)

c'est sûre que si on en prennait autant tout les jours, même voir plus, ce serait bien!!!!
surtout quand on sait qu'aux states ont été dénoncés 3000 prêtres pédophiles, ils sont tellement nombreux, on pourrait en prendre plus tous les jours...

ce serait la fête tous les jours!!!

bisou

 
 
 
posté le 13/06/08

Un malade mange des petits chats VIVANTS!!!! Amis des bêtes venez par ici...

 

stop barahona

 

 

 

Dans la famille Taré de service, je vous présente Douglas Barahona,

plus connu au Costa Rica sous le nom de "Tata" très actif dans en tauromachie...

 

Cet espèce de malade à


un secret

 

pour avoir le courage d'allez massacrer les taureaux dans l'arène... 

 

Depuis quelques années il se nourrit

 

d'animaux VIVANTS... 

 

Et là vous me dites,

 

mais non... tu délires...

 

 

 

 

Bah non, je délire pas... 

 

 

 

 

La Preuve! 

 

 

 

 

 

 

 

david barahona / photo : Randall Sandoval

 

 

chats, chiens, poulets, vers, serpents, crapauds chauves-souris, oiseaux dont il pille les nids, Il se délecte de sang chaud dans lequel il prétend trouver énergie et force.

Il y’a quelques mois la Société mondiale pour la protection des animaux (WSPA) avait déposé une simple plainte auprès du ministère public mais aucune pétition n’a jamais été lancée pour contrer l’arrogance, la violence et l’irrespect de cet individu.

En attendant ça continue, "Tata" veut prouver à tous le pays qui est le meilleur "Comegatos" (mangeur de chats) du monde, il défi ainsi régulièrement les médias locaux en réclamant que quelqu'un se mette côte à côte avec lui pour manger des animaux vivants devant des journaux ou caméras.


"Je me lève et mon petit-déjeuner se constitue de tout ce qui peut marcher autour », « il est jouissif de broyer la tête d’un chat avec les dents », « c’est quelque chose qui est venu de nulle part, qui s'est produit en moi, depuis quand je mange un animal vivant, je me sens plus d'énergie, plus de force pour dominer le taureau, leurs sang me donne la puissance, c'est mon secret », a t-il déclaré.

 

SAG vous propose d’envoyer votre plainte à l’ambassade du Costa-Rica en demandant de mettre en application, (s'il n’existe pas) un code de procédure pénale pour cruauté envers les animaux.

Leur rappeler que l’image du pays avait été déjà atteinte dans la triste affaire Guillermo Habacuc Vargas, dans laquelle un chien avait été exposé jusqu’à sa mort devant une enseigne en croquettes pour… chien.

 

 

mort de faim sous un panneau de croquette pour chien



Leur rappeler également, qu’à ce stade de violence comportementale plus rien n’empêche cet homme, qui aurait vraisemblablement besoin d’un psychiatre, de devenir violent envers des personnes, comme de nombreuses enquêtes l’ont déjà démontré dans ce type de cas et qu’il s’agit de toute façon d’

 

une atteinte grave à la dignité et au RESPECT d’un animal.

 

 

SAG lance également une pétition que je vous propose de signer d'urgence!!!!!

 

Stop Animals Genocid lance une pétition contre Douglas Barahona

 

Merci de votre précieuse collaboration.
 

 

 

 


Commentaires

 

1. flashcbil  le 13-06-2008 à 21:39:26

Signé! On me l'avais jamais faites celle-là mais le pire c'est que c'est réel ! Il existe vraiment toutes les horreurs sur notre Terre !

2. SAG  le 20-06-2008 à 13:15:59

Bonjour Humanite :-)
Tu fait du bon boulot pour nos amis les animaux et je t'en remercie, content de te voir un peu aussi sur la page 30 minutes de gloire et de réussir à t'imposer un peu au milieu des pubs et concours qui pollue cette page.
Je te souhaite un bon week et te dit à bientôt ;-)
Amitié d'Atome.

3. Atome de SAG  le 25-12-2008 à 12:35:57  (site)

Bonjour chère Humanite !
Je t'adresse mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année 2009,
Que les bons vents te gardent !
Avec toute mon amitié,
Atome.

4. Neko chris  le 21-09-2012 à 16:52:54  (site)

Bj, je viens de tomber sur cette horrible photo, de ce psychopathe qui mange ce pauvre minou. Je n'étais pas au courant pourtant je fais parti de la PA. Mais j'ai vu que cela remonter à 2008 ! L'affaire a-t-elle été réglée ? Ou ce type continu-t-il ces horribles penchants ? Merci de bien vouloir me répondre, car si cela est toujours en cours j'inviterai tous mes amis facebook qui sont comme moi de la PA. Neko chris

 
 
 
posté le 13/06/08

Excuses Solennelles d'Ottawa aux Autochtones

J'aimerais rendre Hommage à tous ces Indiens,

massacrés, abusés, humiliés, violentés.

qu'ils soient vivants ou pas.

Ils avaient leurs vies, leurs terres, leurs cultures, leurs croyances.

Tout ou presque leur a été volé, arraché par la force et pourtant,

encore aujourd'hui,

ils demeurent l'un des peuples les plus humains qui soit...

je salue ici leur force et leur courage!


 

Lyz 

 

 

«Les autochtones ont appris à avoir honte de qui ils sont.

Pour cela, nous nous excusons.»

 

 

Phil Fontaine, le chef de l’Assemblée des Premières Nations, aux Communes hier.

 

Photo: Agence Reuters

 

Ottawa -- Le ciel était particulièrement bleu pour tourner une page sombre de l'histoire canadienne. Des centaines d'autochtones, de Métis et d'Inuits se sont rassemblés hier sur la colline parlementaire pour entendre le premier ministre et les chefs de l'opposition offrir des excuses solennelles pour les abus commis dans les pensionnats autochtones pendant près de 100 ans.

Sur le coup de 15h, environ 500 personnes ont écouté les discours retransmis en direct sur un écran géant devant le parlement, alors que des dizaines d'autres membres des Premières Nations avaient envahi les estrades de la Chambre des communes. Une douzaine d'invités d'honneur, visiblement émus, ont eu le privilège d'avoir un siège sur le parterre de la Chambre. Certains, notamment Phil Fontaine, le chef de l'Assemblée des Premières Nations, ont pu s'adresser à l'audience réunie pour l'occasion.

Stephen Harper a été le premier à prendre la parole. «Le gouvernement reconnaît aujourd'hui que les conséquences de la politique sur les pensionnats indiens ont été très néfastes et que cette politique a causé des dommages durables à la culture, au patrimoine et à la langue des autochtones. Bien que certains anciens élèves aient dit avoir vécu une expérience positive dans ces pensionnats, leur histoire est de loin assombrie par les témoignages tragiques sur la négligence et les abus émotifs, physiques et sexuels envers des enfants sans défense», a déclaré le premier ministre.

Le gouvernement fédéral a financé les pensionnats pour les jeunes autochtones dès 1874 avec l'objectif de les assimiler à la culture européenne majoritaire du pays. On les empêchait de parler leur langue et on les coupait de leur culture. Ces 132 établissements, dont 10 au Québec, étaient dirigés par des religieux de différentes confessions, selon la région. La plupart ont fermé leurs portes dans les années 70, mais le dernier pensionnat a cessé ses activités en 1996, en Saskatchewan. Au Québec, celui de La Tuque a fermé en 1980.

Au fil des ans, près de
150 000 étudiants autochtones ont fréquenté les pensionnats. Plusieurs ont été agressés physiquement, psychologiquement et sexuellement. Selon le ministère des Affaires indiennes, il reste environ 80 000 survivants, dont 10 000 au Québec. Leur âge moyen est de 59 ans.

Hier à Montréal, le chef algonquin Jimmy Papatie, de la communauté de Kitcisakik, a éclaté en sanglot en racontant sa propre histoire tragique au pensionnat d'Amos.
«J'avais cinq ans quand je suis parti au pensionnat, a-t-il dit. Je suis sorti de là plein de rage. J'ai consommé. J'ai commis des actes de violence. J'avais 19 ans quand j'ai tenté de me suicider parce que je n'étais plus capable de vivre avec des fantômes. Ca fait du mal de voir un petit gars de cinq ans se faire déchirer l'anus par un prêtre pédophile.
Même l'argent n'effacera jamais ça de la mémoire.
Ce n'est pas le gouvernement qui m'a rendu ma dignité,
c'est ma communauté.»

De l'argent et des excuses

Ottawa s'est timidement excusé en 1998, mais les Premières Nations avaient exigé des regrets plus sentis et des compensations financières. Une entente a été proposée en 2005 par le gouvernement libéral de l'époque, qui a été approuvée en 2007 par les conservateurs, en accord avec les Premières Nations. Ainsi, les anciens pensionnaires ont pu recevoir une indemnité de 10 000 $ pour la première année de fréquentation des établissements et de 3000 $ par année subséquente. Près de 1,3 milliard de dollars ont été déboursés jusqu'à présent par le gouvernement fédéral.

Les autochtones qui ont subi des agressions sexuelles et physiques graves peuvent demander une compensation supplémentaire qui varie entre 5000 $ et 275 000 $. Sur les 80 000 survivants, Ottawa s'attend à recevoir 12 500 réclamations de ce type. En tout, le budget du gouvernement pour réparer les pots cassés dans l'affaire des pensionnats autochtones atteint près de 2,2 milliards de dollars.

Les regrets présentés hier constituent un changement de cap de la part du gouvernement Harper.
En mars 2007, le ministre des Affaires indiennes de l'époque, Jim Prentice, avait soutenu ne pas avoir besoin de présenter de telles excuses. Il semble que le ministre maintenant en charge du dossier, Chuck Strahl, ait réussi à renverser la vapeur.

Hier, le premier ministre a reconnu que «l'héritage laissé par les pensionnats indiens a contribué à des problèmes sociaux qui persistent dans de nombreuses communautés aujourd'hui». Le gouvernement canadien a «échoué» à protéger les enfants autochtones, a-t-il ajouté.

Stephen Harper s'est ensuite adressé aux survivants présents aux Communes. «Le fardeau de cette expérience pèse sur vos épaules depuis beaucoup trop longtemps. Ce fardeau nous revient directement, en tant que gouvernement et en tant que pays.»

Le chef de l'opposition officielle, Stéphane Dion, a ensuite pris la parole. «En tant que chef du Parti libéral du Canada, un parti qui a dirigé notre pays pendant 70 ans, je reconnais notre responsabilité et je m'excuse, a-t-il dit avec émotion. Le Canada fait face à l'un des chapitres les plus sombres de son histoire.» Selon lui, les pensionnats ont été «un système déshumanisant qui a mené aux pires abus».

Gilles Duceppe, le chef du Bloc québécois, a d'abord reproché au gouvernement Harper de ne pas avoir appuyé la Déclaration sur les droits des peuples autochtones de l'ONU, avant d'offrir lui aussi ses excuses aux survivants des pensionnats. Pour le futur, il invite les autochtones «à bâtir l'avenir entre nations».

Le leader du NPD, Jack Layton, a soutenu que tous les Canadiens sont égaux, un principe que la politique sur les pensionnats a bafoué. «Les autochtones ont appris à avoir honte de qui ils sont. Pour cela, nous nous excusons», a-t-il dit.

De la parole aux actes

Les leaders autochtones ont semblé apprécier le geste solennel des chefs des partis politiques.
«J'ai senti de la sincérité, pas du théâtre. C'était profond», a soutenu Clément Chartier, président du Ralliement national des Métis. Ce dernier a toutefois déploré que plusieurs Métis ne soient pas admissibles aux compensations financières du gouvernement. «Il faut garder espoir», a-t-il dit.

Phil Fontaine, le chef de l'Assemblée des Premières Nations, a soutenu qu'il faut maintenant regarder vers l'avenir. «Nous avons toujours été un élément indispensable de l'identité canadienne.»

De leur côté, les chefs autochtones du Québec demandent au Canada de maintenant passer de la parole aux actes pour corriger les
«effets dévastateurs» du système des pensionnats, encore perceptibles aujourd'hui. «Si le gouvernement n'adopte pas des mesures concrètes, principalement envers nos jeunes, ses excuses n'auront aucun sens», a déclaré Ghislain Picard, chef de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador (APNQL), qui s'exprimait depuis Montréal.

À quelles mesures concrètes songe-t-il? Le chef Picard a répondu en utilisant l'exemple des langues amérindiennes, grandement menacées de disparition.
«Il y a un peu moins de deux ans, ce même gouvernement, celui de M. Harper, diminuait considérablement un budget de 160 millions destiné à la sauvegarde de notre patrimoine linguistique. Il a été facilement démontré que le triste épisode des pensionnats a eu un impact sur les langues autochtones. Il ne reste plus que trois langues avec une bonne chance de survie dans les cinquante prochaines années, trois sur la soixantaine de langues autochtones du Canada.
Dans un geste de bonne volonté, il serait extrêmement utile que le gouvernement Harper reconsidère sa décision.»

La déclaration commune des chefs de l'APNQL rappelle que les victimes ne se limitent pas aux pensionnaires puisque
«la douleur, la haine, la colère et l'incompréhension
se transfèrent d'unenération à l'autre».



Liens
ledevoir.com

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article